CURIOSITES  

 Page d'accueil

 

2)  1932 : des pacifistes français en Allemagne.

    Georges Leroy (1884 – 1945), natif de Villers-Guislain, dans le Nord de la France, profession instituteur, participa à la première guerre mondiale. Les notes qu’il a prises pendant cette guerre ont été publiées dans l’ouvrage " Journaux de combattants et civils de la France du Nord dans la Grande Guerre " (Annette Becker éditeur), Septentrion Presses Universitaires: voir  http://www.septentrion.com

   Comme tous ceux qui avaient souffert de cette guerre, il espérait vivement qu’elle serait la dernière (la "der des der "). C’est la raison pour laquelle il adhéra à un groupement de pacifistes, vers 1930, dont les membres, comme lui, étaient de religion protestante. En mars 1932, plusieurs paroissiens de l’église protestante de Sin-le-Noble, MM. Pérus, Blondel et Delval, participèrent avec lui à une série de rencontres avec des pacifistes Allemands, sous l'instigation du Pasteur Trocmé.

    La photographie ci-dessous, qui date de 1933, montre MM. Blondel (1), Leroy (2), Perus (3) et Delval (4) en compagnie d'autres paroissiens de l'église de Sin-le-Noble. La personne debout au centre de la photo est probablement le Pasteur Trocmé.

                                

     Une opération, intitulée " Croisade des jeunes pour la paix ", eut lieu la semaine suivant le 13 mars 1932. Elle était organisée en étroite collaboration avec des pacifistes allemands de la Deutsche Friedensgesellschaft (Süddentsches Sekretariat Freiburg/Br, Schwarzwaldstr.94, telefon 7016). Elle donna lieu à des réunions publiques à Fribourg-en-Brisgau (dans la Forêt Noire) et dans des villes voisines, Muhlheim, Neuenbourg et Kandern.  Or, fait curieux, le premier tour d'élections présidentielles, auxquelles Hitler était candidat, ainsi que Hindenburg, avaient lieu au même moment, le 13 mars.

    Georges Leroy a laissé des notes inédites qu'il avait rédigé à cette occasion, que vous pouvez consulter dans le fichier intitulé notes_de_g.leroy. Par ailleurs, quelques cartes postales nous apportent aussi quelques informations sur cet épisode (courrier).  J’ai pensé que ces documents inédits méritaient d’être publiées. Internet est un moyen de transmission idéal pour ce type d’information, qui n’enregistrera certainement pas un audimat record, mais éveillera probablement l’intérêt de quelques uns. Cette présentation se conclut par quelques commentaires.